Isaac Cordal

Isaac Cordal
Topic: 
Projets Réalisés
Description: 

Fresque initiée par la Ville de Namur et Crystal ship

Depuis l’automne 2017, 47 sculptures d’Isaac Cordal sont disséminées dans les rues de Namur. 

De façon ironique, mais aussi poétique, ces figurines humaines racontent une histoire et suscitent l’interrogation. Elles jettent un regard critique sur la société de consommation, attirent l'attention sur l'absurdité de notre existence, fustigent les inégalités sociales.

Isaac Cordal est un artiste espagnol né en 1974 à Pontevedra où il étudie la sculpture à l’université des Beaux-Arts. À partir de 2006, son projet "Ciment Eclipses" le propulse sur le devant de la scène street art et ses installations miniatures disséminées dans de nombreuses villes d’Europe reçoivent un accueil très favorable. Ses petites figurines humaines de 15 cm sont fabriquées en béton ou en résine polyuréthane, puis installées et photographiées dans le paysage urbain: corniche, fenêtre, bouche d’égout, trottoir… Le terrain de jeu est infini !

A Namur, Isaac Cordal a souhaité jouer avec la dynamique des façades en plaçant ses statuettes dans des endroits inhabituels et improbables. Coincées dans une niche, un œil de bœuf ou un éclat de mur, assises sur un rebord au-dessus d’une vitrine, accrochées à un câble électrique, elles forment un parcours urbain insolite à découvrir à pied entre l’Hôtel de Ville (rue de Fer) et les Bateliers (rue Saintraint) en passant par le piétonnier et le quartier des Carmes.

Sous des allures de fonctionnaires anonymes, ces petits personnages ont quelque chose à nous dire. Le réchauffement climatique, la société de consommation, le déterminisme, le capitalisme, les inégalités sociales, l’aliénation par le travail et par le progrès sont autant de thèmes traités par l’artiste. « Mon travail se veut une réflexion sur l’actualité, sur la société moderne. J’aime considérer le street art comme une forme de combat. Cela me plait d’y voir un dialogue entre un lieu et ses habitants, entre la société et ses leaders »

A Namur, Isaac Cordal a souhaité jouer avec la dynamique des façades en plaçant ses statuettes dans des endroits inhabituels et improbables. Coincées dans une niche, un oeil de boeuf ou un éclat de mur, assises sur un rebord au-dessus d’une vitrine, accrochées à un câble électrique, elles forment un parcours urbain insolite à découvrir à pied entre l’Hôtel de Ville (rue de Fer) et les Bateliers (rue Saintraint) en passant par le piétonnier et le quartier des Carmes.

proposalbottom

Why do you like it?

Please give you email address and name (will be used as display name) so we can keep you posted on what we did with your ideas and invite you to vote on the proposals

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
10 + 10 =

Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.

Why don't you like it?

Please give you email address and name (will be used as display name) so we can keep you posted on what we did with your ideas and invite you to vote on the proposals

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
3 + 12 =

Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.

More Proposals

"Vive Nameur po tot"- Kahef
2
up
168
"Des fleurs pour Namur" Dan Brault - Propaganza
0
up
105
Jean-François Octave
0
up
186
"Chaos végétal" Tamar Kasparian
0
up
139